16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 05:48

Dans un sondage réalisé par l'Ifop pour l'Anacej (Association nationale des conseils d'enfants et de jeunes), les primo-votants de 18-22 ans, qui n'avaient donc pas voté en 2007, laissent apparaître une réelle séduction pour le FN : si François Hollande arrive largement en tête (31 %), Marine Le Pen (23 %) affiche une belle santé inquiétante, Nicolas Sarkozy accédant à la troisième place (21 %). Suivent François Bayrou (9,5 %) et Jean-Luc Mélenchon (8 %).

"Au second tour, les intentions de vote sont très proches de celles de l'ensemble de la population, avec 56% d'intentions de vote pour François Hollande contre 44% pour Nicolas Sarkozy", selon l'Anacej. Selon cette étude réalisée fin février, 41% se disent sûrs de leur choix, 59% pouvant encore changer d'avis.


Plus de la moitié des personnes interrogées (53%) se déclarent certaines d'aller voter. "L'indice de participation au premier tour de l'élection est de 70% et suggère une abstention importante. Contrairement à l'élection de 2007, pour laquelle cet indice pour l'ensemble de la population était de 90%, cette   campagne semble ne pas convaincre les primo-votants", selon l'Anacej.

Cette extrême volatilité annoncée du vote des jeunes et la séduction troublante que l'extrême-droite exerce sur eux sont deux révélateurs concrets du malaise de notre société. Comment peut-on se satisfaire qu'un jeune fasse confiance à un courant de pensée qui n'offre comme perspectives concrètes que le rejet de l'autre et prépare la mise en quarantaine du pays ?

Mais au-delà de l'approche morale du discours anti-FN, dont les résultats sont peu probants, c'est le moins que l'on puisse dire, il faudra réconcilier, une fois de plus, la politique et le peuple qui n'a qu'une vision très utilitariste de cette dernière : qu'est-ce qui est bon pour moi ?

L'effondrement de la qualité de vie des jeunes a pour corollaire le rejet du pouvoir en place (Sarkozy) et, à un degré moindre, de ceux qui ont pu l'être (Hollande, même si ce dernier est plébiscité). Marine Le Pen exerce comme toujours la fonction cathartique, au sens médical du terme, l'envie de tout renverser, de faire table rase.

Il faut en revenir aux fondamentaux, comme le fait plutôt bien Jean-Luc Mélenchon, même s'il n'en recueille pas les dividendes dans ce sondage : révéler, en décryptant le programme du FN, sa nocivité.

C'est un travail de longue haleine mais c'est le seul qui vaille. 

 

 

S Menu

Partager cet article

Published by jean-loup DUJARDIN
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog